Accéder au contenu principal

(critique ciné) Happily Ever After


C'est Sandrine qui prend les rennes du blog aujourd'hui !

"Pour commencer l’année 2016, Danslapeaudunefille m’a proposé d’aller voir l’avant-première du
film Happily  Ever After de la  réalisatrice Tatjana Božić au Cinéma Le Luminor à Paris. Il y avait la
bloggeuse Maïa Mazaurette (drôle et pétillante) qui nous a présenté le film et a interviewé la
réalisatrice.

Synopsis

Dans un dernier effort désespéré pour sauver sa relation avec l’homme de sa vie, la réalisatrice
Tatjana Božić entreprend un voyage au cours duquel elle rend visite à ses ex. Elle espère ainsi
découvrir ce qui a mal tourné à chaque étape de sa vie amoureuse. Happily Ever After est un portrait
humoristique et sans complaisance, de l’amour aujourd’hui.

Tatjana Božić réalise un film d'exploration de soi où elle raconte ses échecs amoureux. Avec humour, mais sans compromis, elle revient sur ses pas, sa vie et ses relations, sur un ton qui nous amène à
nous identifier avec elle. Dans ce film, j’ai retrouvé une femme forte et influente à Moscou. Elle a beaucoup bourlingué sentimentalement auprès d’hommes pas toujours enclins à s’impliquer, ou qui voyaient en elle la marque décourageante d’une quête… qu’elle-même n’était pas capable de définir... !

Recherche âme sœur désespérément : truculent, bon vivant, et surtout patient...

J’ai trouvé le film drôle, fin et avec des échos assez universels : c’est son autoportrait excentrique.
Elle l’assume complètement  avec une pointe d’égocentrisme. En effet, elle part à la rencontre de ses
hommes du passé, pour mieux comprendre ses échecs et sauver son couple avec Rogier. C’est à partir de la relation avec son compagnon du moment, le Hollandais Rogier, avec lequel elle a
un enfant, que la réalisatrice retrouve ses anciens petits amis. De Moscou, à Hambourg, en passant
par Zagreb et Londres, elle filme ses retrouvailles avec les hommes qui ont partagé sa vie ces vingt
dernières années. C’est sans fard et sans pudeur qu’elle se dévoile ; je l’ai trouvé mélancolique par
moment dans ses échecs peu glorieux, mais cela reste frais dans la fougue sensuelle que ceux-ci
dépeignent.

Son film se présente comme une expédition à travers son passé amoureux. Nous sommes à la
recherche de « l’amour véritable » ; dans le film,  on se demande ce qui est «  vrai » dans une relation amoureuse. Sommes-nous dans une bulle quand on est amoureux ? Et à quel moment la réalité nous
rattrape-t-elle dans la mesure où tout est parasité par les attentes de l’un ou l’autre, et les
divergences entre elles ?


La réalisatrice ne donne pas de réponse définitive : il n'y a tout simplement aucune solution, à moins
d'avoir comme elle, une amie russe qui écrit des livres sur les relations sentimentales  et qui a des
réflexions hilarantes mais tellement justes ! Du moins Tatjana parvient, un peu par inadvertance, à
trouver une partie de la solution : sa relation avec Rogier, toute rose au début, se trouve dans une
sorte d'impasse depuis qu'ils ont un jeune enfant….

Tatjana est née en Croatie, et le fait d’évoquer ses petits amis des quatre coins de l’Europe lui a
permis de montrer les différences culturelles. Cela donne une autre dimension dans l’approche du
film par rapport à son sujet principal. Je pense que ce qui m’a le plus touchée dans son film c’est la liberté d’être fidèle à soi-même, qui est au cœur de cette belle leçon de vie, ivre d’amour et non de sentimentalisme. Cela vaut bien mieux que toutes ces thérapies conjugales sur ordonnance. C'est un film très personnel, et en même temps très ouvert, qui devrait séduire.

Voir la bande annonce sur Allociné

Et vous ? Oserez-vous demander à vos ex quel était le problème ?

Sortie le 03/02/2016 "

Commentaires

  1. Je ne connaissais pas du tout cette sortie, il y a pas mal e films que j souhaiterais aller voir, celui là peut aussi être sympa!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Vive la pâte à modeler avec Oxybul (+cadeau à gagner)

A la maison, on est fan des activités manuelles ! Ma fille privilégie le dessin, le coloriage et la peinture. Mon fils ne jure que pour la pâte à modeler, il adore modeler, créer... Aujourd'hui, j'aimerais vous parler du coffret primo d'Oxybul avec 8 pâtes à modeler et 32 accessoires.

La boîte permet de tout ranger et avec les différents accessoires l'enfant peut réaliser des mots avec les formes de lettres.


Mais c'est Oxybul ce qu'on préfère c'est :


la gamme de jeux Montessoriles déguisements


et le mobilier pour la chambre des enfants



Jeu concours

Je vous propose de gagner une mallette primo de pâte à modeler. Pour cela, il suffit de me dire en commentaire quelle est l’activité manuelle préférée des vos enfants ?

Je vous laisse jouer jusqu'au 02 février 2017 inclus.

N'hésitez pas à liker la page Facebook d'Oxybul, on les remercie de vous gâter non ? et la mienne où j'annoncerais le résultat à la fin du jeu (aucune obligation).

Bonne chance à …

Crash Test des produits Gifrer (+jeu concours)

Aujourd'hui, je laisse le blog à ma cousine Magalie qui a testé des produits de la marque Gifrer dans le cadre du blog.

"Tout le monde a déjà aperçu le logo Gifrer au moins une fois mais vous n’avez peut-être pas encore testé un de leur produit. Je vais essayer de vous convaincre qu’au moins un de leur produit répondra à vos attentes.

Le Club Gifrer, le secret des mamans m’a permis de découvrir plusieurs produits de leur gamme.  Ce club a été conçu en particulier pour accompagner les futures mamans et les mamans dans leur quotidien. Les liens d’une maman et de son bébé se tissent au fil des jours, au rythme des tétées, des toilettes, des bains, des petits soins… Autant de moments de complicité, d’instants maternels pour lesquels Gifrer a conçu une vaste gamme de produits conciliant tradition, naturalité et efficacité. Etre présent auprès d’une maman dès les premiers mois de sa grossesse, l’accompagner auprès de son bébé jusqu’au jour où il sera grand. Vous pouvez les retrouv…

Avoir une autre image de Benidorm en Espagne

Benidorm, c'est une ville espagnole que je connais puisque j'avais passé des vacances là-bas avec mes deux meilleures amies en 2001 (j'ai un doute sur l'année). Nous avions apprécié le climat, les lieux de sorties nocturnes multiples et passé notre été en Espagne. Nous avions tout de même retenu cette image bétonnée il faut l'avouer.

Pendant nos vacances, j'y suis retournée en famille. Nous avions rendez-vous avec Laura qui travaille pour une société de tourisme qui s'occupe de la promotion de la station balnéaire. Nous avons débuté notre visite par la vieille ville et le fameux belvédère. J'ai aimé les petites ruelles, la rue des tapas et surtout la beauté de la mer. L'eau est transparente et je n'avais aucun souvenir de la beauté des plages de Benidorm.


Benidorm possède deux très belles plages urbaines qui se sont considérés comme les meilleures de Méditerranée : Levante et Poniente. Lors de notre visite, nous n'avons pas eu l'occasio…