Accéder au contenu principal

(critique ciné) "Le ciel attendra" de Marie-Castille Mention-Schaar


Aujourd'hui, je laisse le blog à Sandrine...

"Je suis allée assister à l’avant-première du film Le Ciel attendra, suivi d’un débat avec la réalisatrice Marie-Castille Mention-Schaar, et les deux actrices principales.

L'histoire de film

Sonia, 17 ans, a failli commettre l'irréparable pour "garantir" à sa famille une place au paradis. Mélanie, 16 ans, vit avec sa mère, aime l'école et ses copines, joue du violoncelle et veut changer le monde. Elle tombe amoureuse d'un "prince" sur internet. Elles pourraient s'appeler Anaïs, Manon, Leila ou Clara, et comme elles, croiser un jour la route de l'embrigadement… Pourraient-elles en revenir?

La réalisatrice Marie-Castille Mention-Schaar nous raconte l’histoire de deux lycéennes amenées à subir les rouages de l’embrigadement. Sujet ô combien sensible. Pour l’anecdote, le film a commencé son tournage le 16 novembre 2015… 3 jours après les attentats du Bataclan.
Nous suivons l’histoire de Mélanie, 16 ans, qui vit avec sa mère, aime l'école et ses copines. Et Sonia, 17 ans, une rêveuse heureuse auprès de ses parents et de sa petite sœur. Deux filles bien en apparence mais qui vont tomber dans les griffes des rabatteurs de Daesh. L'une va partir en Syrie, l'autre va être arrêter à temps avant de commettre un attentat. Dans les deux cas, des parents aimants mais désespérés ne pas avoir vu le piège se refermer sur leur enfant.
Pour mieux comprendre les raisons qui poussent les jeunes dans cet embrigadement, Marie-Castille Mention-Schaar s’est fait aider par Dounia Bouzar, une jeune femme partie en Syrie rejoindre Daech, qui en est revenue et qui est désormais directrice du Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l'islam (CPDSI).
Le film tisse sa toile et nous montre à travers le destin des deux jeunes filles comment le piège peut se refermer sur des personnes qui semblaient heureuses et ne manquaient de rien. L’une va parcourir un chemin long et difficile pour reprendre pied. L’autre va continuer à s’enfoncer inexorablement dans sa radicalisation.

C’est un film fort, émouvant. Il y a des passages du film où je me disais là, j’aurai pu me faire avoir. Et cette pensée m’a glacée d’effroi. Quand le générique de fin est apparu, j’avais les yeux embués. Je suis maman, et je n’ai pas pu m’empêcher de me mettre dans la peau de ces deux mamans, Catherine et Sylvie. J’ai ressenti leur souffrance, leur côté démuni face à la tragédie. Comme elles, je n’arrive pas à comprendre comment leur enfant peut prendre la décision de partir, même avec l’amour d’un foyer.
Ce que j’ai appris dans ce film m’a effrayé. Ce n’est pas mon univers. Donc oui, c’est naïvement que je suis tombée des nues en voyant les méthodes de lavage de cerveaux et la manière dont on manipule ces jeunes. La peur, la culpabilité, la colère, la quête d’une vie meilleure, des menaces, des mensonges. Tout ça dans un seul but, effacer l’individu petit à petit. Je me suis laissée vraiment happée. On rentre dans l’intimité des personnages, on s’identifie. On est touché par les images, par les dialogues. C’est un film très réaliste, et pourrait bien effrayer. D’autant plus que nous sommes dans une conjoncture assez tendue (les différents attentats qui ont touchés la France et d’autres pays).
Le danger existe, et personne n’est à l’abri. Je pense qu’il est important de le garder en tête. J’ai aimé quand Yvan Atal disait que l’on apprend à nos enfants à ne pas parler aux inconnus, à ne pas monter dans leur voiture, que nous sommes là pour eux, et que nous les aimons. L’actrice Naomi Amarger qui joue le rôle de Melanie pensait que cela ne touchait que des jeunes paumés venant de milieux défavorisés. En fait cela touche toutes les classes sociales.

Sandrine Bonnaire joue la mère désemparée mais fait preuve d’une force pour sauver sa fille. On découvre aussi la pudeur de l’acteur Zinedine Soualem qui joue le père inquiet et honteux, mais qui aime profondément sa fille. Les actrices présentes pendant le débat, Noémie Merlant qui joue le rôle de Sonia Bouzaria et Naomi Amarger qui joue le rôle de Mélanie Thenot étaient magnifiques. Elles sont poignantes, elles m’ont touchée. La réalisatrice Marie-Castille Mention-Schaar s’est concentrée sur les jeunes au plus près de cet embrigadement et elle a réussi parfaitement son œuvre.
Le ciel attendra, est un film difficile. Il est néanmoins nécessaire d’aller le voir et d’en discuter. Il serait même un excellent outil de prévention qui pourrait être utilisé dans les écoles."

Sortie le 5/10

Commentaires

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Euh, je ne voudrais pas dire de bêtise, mais je suis presque sûre que Dounia Bouzar n'est jamais partie en Syrie.
    D'ailleurs tout ses livres sur le sujet de l'embrigadement des jeunes sont très très intéressants ! Et le film est en haut de la liste des films que je veux voir !!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Vive la pâte à modeler avec Oxybul (+cadeau à gagner)

A la maison, on est fan des activités manuelles ! Ma fille privilégie le dessin, le coloriage et la peinture. Mon fils ne jure que pour la pâte à modeler, il adore modeler, créer... Aujourd'hui, j'aimerais vous parler du coffret primo d'Oxybul avec 8 pâtes à modeler et 32 accessoires.

La boîte permet de tout ranger et avec les différents accessoires l'enfant peut réaliser des mots avec les formes de lettres.


Mais c'est Oxybul ce qu'on préfère c'est :


la gamme de jeux Montessoriles déguisements


et le mobilier pour la chambre des enfants



Jeu concours

Je vous propose de gagner une mallette primo de pâte à modeler. Pour cela, il suffit de me dire en commentaire quelle est l’activité manuelle préférée des vos enfants ?

Je vous laisse jouer jusqu'au 02 février 2017 inclus.

N'hésitez pas à liker la page Facebook d'Oxybul, on les remercie de vous gâter non ? et la mienne où j'annoncerais le résultat à la fin du jeu (aucune obligation).

Bonne chance à …

Crash Test des produits Gifrer (+jeu concours)

Aujourd'hui, je laisse le blog à ma cousine Magalie qui a testé des produits de la marque Gifrer dans le cadre du blog.

"Tout le monde a déjà aperçu le logo Gifrer au moins une fois mais vous n’avez peut-être pas encore testé un de leur produit. Je vais essayer de vous convaincre qu’au moins un de leur produit répondra à vos attentes.

Le Club Gifrer, le secret des mamans m’a permis de découvrir plusieurs produits de leur gamme.  Ce club a été conçu en particulier pour accompagner les futures mamans et les mamans dans leur quotidien. Les liens d’une maman et de son bébé se tissent au fil des jours, au rythme des tétées, des toilettes, des bains, des petits soins… Autant de moments de complicité, d’instants maternels pour lesquels Gifrer a conçu une vaste gamme de produits conciliant tradition, naturalité et efficacité. Etre présent auprès d’une maman dès les premiers mois de sa grossesse, l’accompagner auprès de son bébé jusqu’au jour où il sera grand. Vous pouvez les retrouv…

Avoir une autre image de Benidorm en Espagne

Benidorm, c'est une ville espagnole que je connais puisque j'avais passé des vacances là-bas avec mes deux meilleures amies en 2001 (j'ai un doute sur l'année). Nous avions apprécié le climat, les lieux de sorties nocturnes multiples et passé notre été en Espagne. Nous avions tout de même retenu cette image bétonnée il faut l'avouer.

Pendant nos vacances, j'y suis retournée en famille. Nous avions rendez-vous avec Laura qui travaille pour une société de tourisme qui s'occupe de la promotion de la station balnéaire. Nous avons débuté notre visite par la vieille ville et le fameux belvédère. J'ai aimé les petites ruelles, la rue des tapas et surtout la beauté de la mer. L'eau est transparente et je n'avais aucun souvenir de la beauté des plages de Benidorm.


Benidorm possède deux très belles plages urbaines qui se sont considérés comme les meilleures de Méditerranée : Levante et Poniente. Lors de notre visite, nous n'avons pas eu l'occasio…